lundi 30 mai 2016

Ma raison de vivre de Rebecca Donovan


Ma raison de vivre
Rebecca Donovan
Pocket Jeunesse
536 pages
Lycéenne parfaite, athlète accomplie aux notes maximales, Emma n’a pourtant qu’une amie, Sara, et ne sort jamais. Personne ne la connaît vraiment. C’est ce mystère qui attire immédiatement Evan, tout juste arrivé de San Francisco. En quelques jours, il va bouleverser le quotidien bien huilé de la jeune fille, et devenir sa raison de vivre. Mais il ignore qu’en tentant coûte que coûte d’entrer dans sa vie, il la menace directement. En effet, Emma vit chez son oncle et sa tante qui la maltraitent quotidiennement, parfois jusqu’au sang. Et si elle fait profil bas, c’est avant tout pour que personne ne remarque ses nombreux bleus…



Quand je me suis embarquée dans ce roman, j'en savais peu, mais juste assez pour savoir à quoi je pouvais m'attendre. J'avais lu des avis très positifs et des avis très négatifs, donc même si j’espérais vraiment aimer, j'essayais de ne pas trop me faire d'attentes. 

Dans ce roman, on suit Emma, une jeune adolescente qui est douée à l'école, en arts et dans les sports. Elle est très brillante et elle a une amie en or qui l'accompagne presque partout. Mais, à la maison, c'est tout le contraire: elle se fait rabaisser chaque jour, se fait frapper et menacer par sa tante, chez qui elle a été envoyé vivre quatre ans plus tôt. 

J'ai été très bien mise dans le contexte. La violence que vit Emma est présente dès les premières pages, et ça permet au lecteur de bien s'enfoncer dans l'histoire. J'étais très contente de pouvoir lire quelque chose qui porte sur la violence familiale, et encore plus donnée par une femme, car je n'en avais jamais lu de pareil dans la littérature. Je pouvais me fier à l'histoire d'Aurore, l'enfant martyre, mais je n'avais pas lu l'histoire, donc c'était tout nouveau pour moi. 

J'ai aimé que l'auteure exploite, comme j'ai dit  plus haut, le fait que ce soit une femme qui maltraite. C'est très commun de voir des hommes porter le rôle des méchants, et je dois avouer que moi-même quand je pense à la violence, au viol, à la maltraitance ou à n'importe quel mauvais traitement, je pense souvent plus à un homme, et pourtant, c'est tellement un préjugé. Ici, on voit clairement que c'est la tante la méchante, celle qui se fait plaisir en administrant des coups et des paroles blessantes à sa nièce. 

L'auteure a su me faire détester à un point assez particulier cette femme, dénuée de morale et de logique, qui s'en prend à une jeune fille. Je l'ai détesté du début à la fin, et à chaque passage où elle apparaissait, mes poings se serraient tout seuls de colère et d'incompréhension, et je n'avais qu'une envie: la voir souffrir, la voir regretter. Bizarrement, j'ai adoré détesté un personnage à ce point

Emma est une fille très intelligente, très douce, qui pense toujours aux autres avant elle-même. Je l'ai beaucoup aimé, même si certains de ses choix ou de ses décisions m'ont consternés. Parfois, elle agissait d'une manière presque incompréhensible, mais vue sa situation, il m'était vraiment impossible de ne pas la comprendre à 100%. Je la considérais très forte, surtout mentalement, et j'ai beaucoup aimé la suivre, malgré les horreurs qu'elle a vécu. 

J'ai aussi beaucoup aimé deux des personnages secondaires: Evan et Sara. La pétillante et joyeuse Sara m'a tout de suite conquise. C'est le genre de meilleure amie dévouée et attentive que tout le monde mérite. Evan, quant à lui, m'a beaucoup plu pour son côté attendrissant, et j'ai beaucoup aimé la manière un peu loufoque dont lui et Emma se sont rencontrés, et la façon dont, peu à peu, ils sont devenus amis et confidents. 

J'ai adoré ce roman, qui se lit très rapidement, et qui fait surgir tellement d'émotions en même temps. Malgré quelques clichés américains et quelques stéréotypes, cette histoire m'a énormément plu, et je ne veux que lire le deuxième tome, surtout après la fin de FOU qui termine ce premier tome.

En bref, ce fut une très bonne lecture, avec des personnages attachants et un sujet très poignant, qui m'a énormément plu et ému! 

dimanche 29 mai 2016

Pile À Lire pour l'été! ☼



S'il y a une chose que j'adore faire dans la vie, c'est bien des PAL. C'est bien rare que je m'y tienne comme prévu, mais j'adore tout de même me les faire, même si je ne les suivrai pas à la lettre. J'aime choisir des livres dans ma bibliothèque, et les attribuer à une saison. J'aime créer une liste de lecture pour un nombre défini de semaines, ou de mois. Je suis comme ça, moi: une fille à listes.


C'est donc avec un bonheur immense que je me permets, ce soir, de créer une jolie pile à lire pour la saison qui s'en vient à grands pas: l'été! 
En règle générale, je suis fan de pas mal toutes les saisons, mais chaque fois qu'une saison revient, année après année, je suis autant fébrile, et j'ai hâte. Je dirais que faire des PAL de saison est une de mes activités préférées liées à la lecture haha!


Bref, on commence? On commence! 

Alooooors, je me suis fait une liste de titres à lire pour cet été, et dans cette liste, la moitié sont des romans que j'ai noté comme étant « essentiels » à lire durant les mois chauds. La plupart, c'est parce que je veux vraiment les lire dans une période chaude et parce qu'ils sont depuis vraiment trop longtemps dans ma PAL, et que je pense qu'il est vraiment temps de les en sortir.

Voici donc mes essentiels de l'été:







Et, voici les lectures que j'aimerais lire cet été, mais qui ne sont pas primordiales:





Pour terminer, voici les romans qui faisaient partie de ma PAL d'été, mais que j'ai déjà lu, avant de publier cet article ☺ 



Mon avis sur Une saison goût citron est déjà sur le blog, et je compte publier les deux autres bientôt!

☼☼☼

Comme vous avez pu le remarquer, j'adorerais lire des romans qui colle à la saison, soit par la couverture ou par l'histoire. Je sais d'ores et déjà que je ne lirai pas tout cela dans mon été, surtout si je lis des romans qui ne sont pas dans cette pile à lire (parce que, quand même, j'aime diversifier mes lectures aussi), mais je ne m'en fais pas trop, et j'ai juste hâte de pouvoir en lire quelques-uns, en profitant du soleil et de la chaleur (pas trop étouffante, espérons-le) estivale!

Et vous, avez-vous des lectures prévues pour cet été? Une PAL de saison? Des suggestions de lectures? ☺




mercredi 25 mai 2016

Une saison goût citron de Joanna Philbin


Une saison goût citron
Joanna Philbin
Albin Michel
363 pages

Sous le soleil des Hamptons, la vie est douce et le beau temps semble éternel dans la luxueuse maison de la plage. C’est ce que se dit Rory qui vient d’être engagée au service de la famille Rule. Elle succombe au charme de Connor, le fils aîné de la famille, devient amie avec Isabel, la sœur de ce dernier. À elle les virées en voitures de luxe et les fêtes sur la plage. Jusqu’au moment où les rivalités s’attisent ; on lui rappelle qu’elle vient d’un milieu plus modeste et ne fait pas partie de la famille… Un premier été au goût de citron, à la fois frais et acide…



C'est avec l'arrivée de la chaleur et des beaux jours que j'ai eu l'envie irrépressible de sortir ce livre de ma bibliothèque. Je ne me souvenais même plus que je l'avais, jusqu'à ce que je fouille dans mes livres oubliés, dans le fin fond de mes étagères, et que je le vois. 

La couverture m'a toujours attiré, et je ne comprends pas pourquoi, car pourtant, l'aspect graphique est assez moche, avec ses objets découpés rajoutés sur la couverture. Par contre, j'adore la typographie et les couleurs m'ont tout de suite emballées

J'ai donc commencé ce roman avec beaucoup de hâte; je voulais lire un petit roman, avec une belle histoire, pas trop compliquée, qui me fasse du bien à lire. C'est exactement ce que j'ai retrouvé dans cette lecture. Dès les premières phrases, j'ai été envahie par l'atmosphère de l'été, dans une atmosphère salée et acide, parfois douce. 

Dans Une saison goût citron, on retrouve principalement deux jeunes filles, que tout sépare: Isabel et Rory. Isabel est la reine d'East Hamptons, fille d'une riche famille, a qui tout réussit. Rory est une jeune fille qui mène une vie dure avec sa mère irresponsable, et qui a été engagée par les parents d'Isabel pour être fille de courses. Tout oppose les deux jeunes filles, mais bientôt, elles trouveront bien des choses pour se rapprocher. Leur amitié naîtra d'une manière croissante, évasive et pourtant si attachante. 

Ce roman m'a fait un bien fou! J'avais besoin d'une lecture d'été, légère, et c'est exactement ce que j'ai eu avec ce roman. Il ne faut pas s'attendre à ce que votre monde soit révolutionné après l'avoir lu, bien sûr, mais si vous voulez lire un roman qui passe vite le temps, il est idéal! 

J'ai beaucoup aimé Rory, qui a une tête sur les épaules et un caractère endurci. Isabel, pour sa part, m'a aussi conquise avec ses différentes facettes: la fille riche inatteignable, et la fille avec un grand coeur qui ne se sent pas à sa place. Leur amitié m'a fait chaud au coeur, malgré le fait qu'elle n'ait pas été très en profondeur. C'était une amitié vraie et pourtant improbable, qui grandissait au fil des jours, sans même qu'elles ne s'en rendent compte. 

J'ai aussi beaucoup aimé « entrer » dans le monde des riches, et voir les imperfections qui pouvaient y prendre place. Tout n'est pas rose, même quand on gagne des milliards, et la plupart des gens importants cachent de lourds secrets. 

J'ai beaucoup aimé me plonger dans ce roman, qui, avec sa senteur estivale, son côté un peu naïf et évasif et sa fluidité a su conquérir mon petit coeur. Ce n'est pas un coup de coeur, mais c'est une très belle lecture pour adolescents que je recommande aux cœurs tendres, et à ceux qui aiment les romans d'été. 

Le résumé du deuxième ne m'a pas vraiment emballé, et je ne sais pas trop si je vais rester juste avec ce premier tome, ou si je vais finir la série, même si j'ai adoré découvrir Une saison goût citron

En bref, ce fut une lecture douce et très agréable, qui parle d'amitié et d'amour d'une manière parfois très naïve et peu profonde, mais d'une façon très tendre. C'est un roman qui se lit d'une traite, en à peine quelques heures, et dont on ressort le sourire aux lèvres

Les étoiles de Noss Head T2: Rivalités de Sophie Jomain


Les étoiles de Noss Head 2: Rivalités 
Sophie Jomain
J'ai Lu
378 pages

Pour moi, une nouvelle vie commençait : l’université à St Andrews avec Leith, mon petit ami loup-garou. J’avais espéré que le calme était revenu, que je vivrais ma première année de fac comme n’importe quelle jeune fille, ou presque. Douce utopie, rien ne se passe jamais comme on le voudrait.
Il fallait qu’ils se fassent la guerre, c’était plus fort qu’eux. Leur haine ancestrale allait les pousser à bout. J’étais dépassée.
Je n’en avais aucune idée alors, mais les forces qui devraient s’affronter allaient au-delà de tout ce qu’on peut imaginer.
J’étais au moins sûre d’une chose : tôt ou tard, je paierais les pots cassés. Peut-être même que je ne m’en sortirais pas indemne.


* Spoilers sur le premier tome*

Après avoir presque détesté le premier tome, que j'avais lu plus d'un an avant, je n'étais franchement pas enjouée à l'idée de poursuivre cette saga, mais voyant tout le bon bruit qu'elle faisait, j'ai quand même décidé de lui laisser une chance, et je me suis pris le deuxième tome.

Je me souvenais vaguement du premier tome, et même s'il ne m'avait pas marqué positivement, j'avais retenu les bases. Je me suis donc plongée dans cette suite, un peu sur la défensive, mais avec la ferme intention de découvrir enfin pourquoi tout le monde (ou presque) aimait autant cette saga. Et je crois que je l'ai compris, du moins, un peu.

On retrouve Hannah, cette jeune femme amoureuse d'un loup-garou. Elle est maintenant à la fac de Saint Andrews, en Écosse, avec son copain, et elle évolue bien dans un monde qui semble normal. Elle rencontre de nouvelles personnes, suit des cours intéressants, et apprends beaucoup de choses, non seulement sur les loups-garous, mais aussi sur d'autres espèces, auxquelles elle n'avait jamais pensé.

Ce que j'ai adoré par-dessus tout dans ce roman, c'est Hannah. Alors que dans le premier tome, elle m'avait fait lever les yeux au ciel plus d'une fois et qu'elle me gonflait, ici, j'ai eu l'impression de la retrouver avec plus d'assurance, plus mature, et plus têtue. Je l'ai adoré, du premier coup, et j'ai été agréablement surprise de m'attacher autant à elle.

Dans cette suite, on rencontre aussi beaucoup de nouveaux personnages, et j'ai trouvé ce fait très intéressant. Le lecteur fait la connaissance de bien des gens, ce qui fait en sorte que l'histoire ne tourne pas en rond, puisqu'il y a de nouveaux caractères et de nouvelles personnalités qui s'ajoutent à l'histoire, l'aidant à se développer. Dans ces nouveaux personnages, beaucoup m'ont plu, mais celui qui m'a conquis du début à la fin a été Darius. Ce cher Darius a vraiment touché quelques cordes sensibles dans mon coeur, et je ne sais pas trop si c'est par sa tendresse, finement cachée, ou par sa personnalité haute en couleur qu'il m'a le plus touché.

J'ai eu l'impression que l'histoire d'amour entre Leith et Hannah avait évolué, mais pas tellement. Leith est toujours autant possessif et Hannah est toujours autant accroché à lui. Leur relation, en tant que telle, a bien évolué, mais j'ai quand même quelques réserves concernant le comportement peut-être un peu primal de Leith, même si je l'apprécie quand même beaucoup.

Sinon, j'ai adoré la mythologie que l'auteure met en place. Certes, ce deuxième tome m'a énormément fait penser à la saga Twilight, pour plusieurs raisons, mais ce n'est pas une comparaison qui m'a stoppé dans ma lecture.

C'est un roman qui se lit très vite, par le style fluide de l'auteure et par l'intrigue facile, peut-être même trop. Ce roman m'a fait l'effet, à quelques passages, d'un page-turner, et la fin m'a complètement tétanisée. Je suis simplement heureuse d'avoir le troisième tome dans ma PAL!

En bref, c'est un deuxième tome qui fait remonter cette saga dans mon estime, et je compte bien lire le troisième tome dès que j'en aurais l'envie!

lundi 2 mai 2016

Métamorphose T1 d'Ericka Duflo


Métamorphose: Exorde
Ericka Duflo
Les Malins
382 pages

Depuis le décès de sa mère, rien ne va plus. Senna décide de changer de personnalité. Elle ne fréquente plus les mêmes amis, rentre tard le soir et se fait souvent renvoyer de l'école. Sa relation avec son père se dégrade. Seule tante Eva semble la comprendre et la soutenir dans ces moments difficiles. Mais tout cela n'est rien comparé aux symptômes que Senna ressent depuis quelques mois et qui vont en s'amplifiant : une marque boursouflée et douloureuse s'étale sur son dos, elle a des migraines et fait des cauchemars. Lorsqu'elle commet un énième dérapage, c'est la goutte de trop : son père l'envoie dans un pensionnat en Alaska. Dans sa nouvelle école, elle rencontre un garçon aussi mystérieux qu'effrayant, Ian. Elle apprend à ses côtés que certaines créatures dites « imaginaires » existent réellement. Selon Ian, les symptômes de Senna sont la preuve irréfutable qu'elle n'est pas humaine et subit une métamorphose. Ils cherchent donc tous les deux à découvrir les véritables origines de la jeune fille.



J'avais vu ce roman circuler sur Instagram, et j'ai tout de suite été attiré par lui. Sa couverture est très belle, mais en même temps très sobre. La texture de la couverture est douce (feutrée?), et je fais partie des gens qui adore les couvertures comme ça! Le résumé me faisait très envie, et le fait que ce soit une maison d'édition québécoise qui publie ce roman m'a achevé: je l'ai acheté, sans me poser de questions. 

Dans ce premier tome, on suit Senna, une adolescente devenue rebelle après la mort de sa mère, qui est envoyée dans un pensionnat en Alaska par son père. Dans cette nouvelle école, elle rencontrera un garçon énigmatique qui l'aidera à découvrir qui est elle vraiment, pourquoi elle a cette plaie abominable dans le dos et qu'est-ce que cela fait d'elle. 

En général, ce livre fut vraiment une très bonne lecture. Certes, c'est un début plutôt lent, mais réfléchi, qui pose les bases d'une saga qui s'annonce pour être remplie de surprises. J'ai bien aimé me plonger dans ce roman, et même si à certains endroits, je trouvais qu'il y avait de petites longueurs, j'ai terminé ce roman très vite, et je n'avais qu'une envie: avoir le deuxième tome sous la main

Je ne me suis pas attachée à Senna autant que je l'espérais, mais j'ai adoré la suivre. Durant tout le roman, qui est rédigé à la première personne du singulier, on suit son point de vue, et j'ai beaucoup apprécié avoir cette sorte de connexion avec elle. J'ai trouvé cette héroïne plein de bon sens, et je ne me souviens pas avoir critiqué un de ses choix. 

Ian, quant à lui, ne m'a fait ni chaud ni froid. Je l'ai trouvé assez neutre; il ne m'a pas déplu, mais je ne l'ai pas aimé. J'aurais aimé qu'on en sache plus sur lui, ou avoir plus d'attaches à ce personnage, mais peut-être que dans la suite de la série, cela viendra. 

L'écriture de l'auteure est fluide, et entraîne facilement le lecteur dans le monde qu'elle a créé. C'est une écriture assez douce, qui peut parfois devenir plus sombre (aux endroits appropriés), qui a été très agréable de lire tout au long du récit. 

L'histoire est bien développée, mais comme je l'ai dit plus haut, je crois que c'est un bon tome introductif, qui pose certaines bases à un univers qui évoluera. Les idées d'Ericka Duflo, l'auteure, sont par contre très épanouies, et j'ai adoré la mythologie qu'elle a intégré à son roman. C'est une mythologie à propos de laquelle je n'avais jamais lu, mais qui m'intrigue maintenant énormément! 

Malgré l'originalité de la mythologie intégrée, cette histoire reste quand même assez clichée, et il ne faut pas s'attendre à être complètement abasourdi par cette histoire ou son contenu. 

Je tiens aussi à parler de l'objet-livre, en tant que tel, qui est tout simplement magnifique. Non seulement la couverture et sa texture sont merveilleuses, mais la mise en page et le travail graphique fait à l'intérieur de ce livre sont juste à couper le souffle. Je lève mon chapeau à l'équipe qui a réalisé ce roman, car il est super beau, et juste pour ça, je suis heureuse de le posséder! 

En bref, j'ai beaucoup aimé ma lecture de ce premier tome, qui reste par contre dans certains clichés de base, mais qui promet une suite très attrayante. 

dimanche 1 mai 2016

Avril 2016 • Bilan

Bonjour, bonsoir! 


J'espère que vous vous portez bien et que votre moi d'avril fut clément avec vous, même si je doute que certains d'entre vous ont eu un mois chargé avec la fin de session de cégep ou d'université, et les partiels et les épreuves! 



Je comptais poster le bilan du mois de mars la semaine passée (très en retard, oui), mais finalement, je ne l'ai pas fait, et je ne vois donc aucunement l'utilité de le publier maintenant que nous sommes en mai.


Mon mois d'avril fut un très joli mois de lectures, et surtout, un mois de belles découvertes livresques! 

J'ai lu 5 romans en avril, et 4 bande-dessinées. 





 J'ai adooooré Jeu d'indulgence et le premier tome de Harry Potter! C'est des livres qui m'ont complètement envoûté, et avec lesquelles j'ai passé un moment vraiment génial

J'ai aussi beaucoup aimé Archer's Voice et Métamorphose, même si j'en attendais un peu plus de ce dernier. J'ai par contre très hâte de débuter le deuxième tome de cette série. 

Pour ce qui est des BD, j'ai lu les deux premiers tomes de La Quête d'Ewilan, Atlantide Experiment et Les Aventuriers de la Mer. J'ai eu un énorme coup de coeur pour l'histoire d'Ewilan, et pour les dessins de cette bande-dessinée. Les deux autres BD ne m'ont pas transcendé, et je ne pense pas continuer les séries, mais je suis quand même contente de les avoir découvertes. 



Voilà donc pour mes lectures du mois d'avril. 
Passez un moi de mai fabuleux, et à bientôt! 

Mucho love! 

Harry Potter à l'école des sorciers de J. K. Rowling


Harry Potter à l'école des sorciers
J. K. Rowling
Gallimard Jeunesse
305 pages

Le jour de ses onze ans, Harry Potter, un orphelin élevé par un oncle et une tante qui le détestent, voit son existence bouleversée. Un géant vient le chercher pour l'emmener à Poudlard, une école de sorcellerie ! Voler en balai, jeter des sorts, combattre les trolls : Harry se révèle un sorcier doué. Mais quel est le mystère qui l'entoure ? Et qui est l'effroyable V..., le mage dont personne n'ose prononcer le nom ? 



Je m'étais toujours dit que je ne lirais pas ce livre, car il ne m'intéressait pas plus que ça, et que je croyais avoir « passé l'âge » pour Harry Potter. En bref, j'avais la frousse de ne pas l'aimer, alors que tout le monde, si.

C'est en voyant le premier tome dans une librairie d'occasion (à 1$, il faut le dire) que l'idée à commencer à germer dans ma tête, et je l'ai finalement acheté, ainsi que les trois tomes suivants. Il traînait donc dans ma PAL depuis plusieurs mois quand, finalement, je me suis dit que je n'avais rien à perdre. Et à vrai dire, effectivement, je n'avais rien à y perdre, car j'ai beaucoup aimé cette lecture.

C'est un roman jeunesse qui entraîne le lecteur (jeune ou pas) dans un monde merveilleux où la magie a une place importante. Les personnages principaux sont très attachants, et je me suis prise d'affection pour Ron Weasley, le nouvel ami de Harry, à une vitesse fulgurante. Harry m'a quelques fois tapé sur les nerfs, et j'ai parfois trouvé lassant que ce soit toujours Harry par-ci, Harry par-là (même si, je sais, la série porte son nom et l'histoire évolue autour de lui), mais ce n'est pas ce fait qui a su gâcher, même un petit peu, ma lecture.

L'univers est parfaitement mis en place par l'auteur, et je n'ai pas pu décrocher de l'histoire avant de l'avoir terminé. J'ai trouvé que les idées exploitées de l'auteure merveilleuses, et la mythologie du livre m'a charmé, du début à la fin.

Certes, l'intrigue est facile et n'est pas des plus dures à deviner (surtout si on a vu les films), mais j'ai trouvé l'écriture de J. K. Rowling tellement envoûtante que ça ne m'a pas dérangé, et je n'ai aucune difficulté à entrer dans l'histoire.

C'est en lisant ce premier tome que j'ai compris l'engouement qu'il y avait autour de cette fameuse saga. J'ai déjà très hâte de m'embarquer dans le deuxième tome, et de voir Harry et ses amis évoluer.

En bref, ce fut une lecture vraiment géniale, qui m'a charmé et envoûté, et qui m'a donné un début de fièvre Potterhead. Je le recommande vivement à tous ceux qui aiment tout ce qui a un rapport direct avec la magie, la sorcellerie, et qui n'ont rien contre la littérature plutôt jeunesse!

L'homme idéal existe. Il est Québécois de Diane Ducret


L'homme idéal existe. Il est Québécois
Diane Ducret
Albin Michel 
184 pages

Une jeune femme quitte Paris pour rejoindre son nouveau compagnon qui vit au Canada. Surmontant sa peur de l'engagement et sa phobie des avions, elle fait le voyage mais se retrouve rapidement confrontée à une série d'épreuves : l'arrivée du fils de 5 ans, une sortie en chiens de traîneau qui vire au cauchemar, une ancienne compagne trop présente, etc.


Je n'avais pas beaucoup entendu parler de ce livre, mais je le connaissais de nom. Quand je l'ai vu à mon travail pour la modeste somme de de trois dollars, je me suis dit que je pouvais bien le lire, et peut-être, passer un agréable moment

Ce ne fut pas la pire lecture de ma vie, mais certainement pas la meilleure. J'ai trouvé ce roman très niais, et sans but. Je l'ai trouvé mou dès les premières pages, et j'ai été très déçue par la narratrice de l'histoire, qui m'a paru très peu réfléchie. 

Je peux facilement comprendre pourquoi ce livre plait à certaines personnes, vues les touches d'humour, les situations cocasses et les expressions rigolotes qui s'y trouvent, mais sinon, je n'ai rien trouvé de plus à ce roman. 

L'écriture de l'auteure est fluide, mais assez normale, passe-partout, voire simpliste. 

Je ne comprends même pas le but de cette histoire, qui n'a, selon moi, aucune raison d'être vraiment, surtout vue la fin peu trop légère, presque absurde. Les personnages sont très peu décrits, ce qui fait que je ne me suis attachée à aucun d'entre eux. J'ai sauté plusieurs pages, car je n'accrochais vraiment pas, et que je voulais finir ce roman assez rapidement. 

En bref, malgré des touches humoristiques et une écriture agréable, cette histoire ne m'a pas conquise du tout, et je suis très déçue de ne pas avoir pu passer un bon moment en compagnie de ce roman.