lundi 29 février 2016

Les fiancés de l'hiver (La Passe-Miroir T1) de Christelle Dabos - COUP DE COEUR ♥


Les Fiancés de l'Hiver - La Passe-Miroir T1
Christelle Dabos
Éditions Gallimard Jeunesse
517 pages

Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l'Arche d'Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d'un complot mortel.


C'est un roman qui me tentait depuis pas mal de temps, et qui était dans ma PAL depuis le mois de novembre. Je l'avais acheté avant l'hiver, pour être sûre de pouvoir le lire dans une période froide, pour bien me centrer dans le récit. Je ne l'ai sorti de la PAL qu'à la fin de février, une journée ensoleillée et enneigée, et à l'instant où j'ai lu quelques pages, c'est à peine s'il a quitté mes mains

Dans Les Fiancés de l'Hiver, le premier tome de La Passe-Miroir, on retrouve Ophélie, une jeune héroïne gauche et peu sûre d'elle qui, pourtant, possède un caractère très forgé et un potentiel estimable. Elle est vouée à épouser un certain Thorn, et donc de déménager de son arche, délaisser sa vie et sa famille, pour débuter une nouvelle vie, qui ne lui plait guère. Mais ce qu'elle imaginait de ce nouveau départ n'atteignait en rien le désastre de ce que deviendra en réalité sa vie sur l'arche du Pôle, entourée de gens dont elle ne connait rien. Mais pourquoi elle? 

C'est un roman extraordinaire, qui se démarque à bien des niveaux. L'univers fantastiquement mis en place est un univers merveilleux, où la fantasy s'entremêle à de l'Histoire, et à un soupçon de magie. En lisant, je me demandais sans cesse comment l'auteure avait eu d'aussi bonnes idées, d'où partaient ses inventions singulières et magistrales. Je n'en reviens toujours pas de la mythologie mise en place, et du monde construit dont il est question dans Les Fiancés de l'Hiver. C'est un univers épatant, qui m'a émerveillé, et qui m'a bouche-bée

Il y aussi un aspect bien fort du roman qui m'a plu: Ophélie. C'est une héroïne tellement différente que celle que l'on rencontre que je me suis attachée illico presto à elle. Elle est gaffeuse, têtue, maladroite, petite, cultivée et intelligente. Elle est myope, a des cheveux fous bouclés, toujours emmêlés, elle ne parle presque pas, et quand elle le fait, sa voix peine à porter les mots qu'elle dit. Elle semble fragile, et pourtant, c'est tout le contraire. C'est un (petit, tout petit) bout de femme étonnante, qui a des idées plein la tête, et qui, l'air de rien, a un esprit et un caractère très aguerri. 

Tout au long du roman, je l'ai aimé, je l'ai comprise et je l'ai soutenu. Jamais elle ne m'a paru idiote ou irréfléchie. C'est une jeune héroïne qui sait y faire, et qui malgré son peu d'expérience de la vie dure, ne se laisse pas marcher dessus. Roseline, la marraine d'Ophélie, qui est un personnage assez présent dans le récit, m'a aussi charmé, juste pour sa présence aux côtés d'Ophélie, de son mordant et son caractère, à elle aussi, têtu et acharné

Il y a Thorn aussi. Il ne m'a pas plu, et il ne m'a pas pas plus non plus. Je ne sais que penser de lui, à part le fait qu'un mystère tangible l'entoure, et l'a entouré durant tout le récit. Étonnamment, j'ai adoré ça. J'ai tout simplement hâte de mieux le découvrir, et de mieux l'apprivoiser, car pour l'instant, je ne saurais trop dire ce que j'aime ou pas chez lui

Entre nos deux personnages, Ophélie et Thorn, se déroule une histoire. Mais alors que je m'attendais à voir une histoire d'amour, j'ai assisté, surprise et merveilleusement enchantée, à une histoire d'apprivoisement, plutôt. Ce sont deux jeunes fiancés, qui ne se connaissent pas, et qui ne tombent pas sous le charme l'un de l'autre, et si ça, c'est pas original, alors je ne sais pas quoi vous dire. Leur relation est amenée au compte-gouttes, petit à petit, et on assiste à l'ébauche d'une relation peu profonde au fils des pages. C'est une approche que j'ai adoré, et j'ai rarement eu aussi hâte de savoir ce qui allait advenir d'un ''couple'' dans un roman que dans celui-ci! 

Un autre point positif, plutôt futile, certes, que j'ai dénoté dans ce récit, c'est la présence de prénoms assez rétros, vieillots, désuets, et pourtant si jolis! Les prénoms mentionnés dans l'histoire sont tous des prénoms plutôt obsolètes, et Dieu que j'adore ce genre de prénoms! Je les trouve empreints d'un passé et d'une origine extrêmement attrayant! Ce fut donc toute une joie pour moi de ne retrouver dans ce récit que des prénoms rétros, (Ophélie, Archibald, Berenilde, Gustave) ou presque. 

Et que dire de l'ambiance? C'est une ambiance prenante, une ambiance oppressante, froide et glacée, qui prend aux tripes, et qui ne donne aucun répit au lecteur. C'est le genre d'atmosphère haletante et avide que j'adore retrouver dans des romans. 

L'écriture de l'auteure m'a aussi subjugué, durant toute ma lecture. C'est une écriture très particulière, si fluide et si entraînante! Les bons mots, aux bons endroits. Des phrases parfaitement construites, qui amènent le lecteur dans un univers loin d'où il est habitué. C'est une écriture onirique, très passionnante et débordante de charisme et de charme. J'en suis tombée amoureuse, malgré le fait qu'il m'ait fallu un temps d'adaptation pour m'habituer à une écriture si chantante et si exaltante. 

En bref, ce roman est une oeuvre qui relate, avec excellence, une histoire où se mêlent mystères, courage, famille, loyauté, originalité et aventure, parsemée d'amitiée et de force d'âme. 

mercredi 24 février 2016

Virgin de Radhika Sanghani


Virgin
Radhika Sanghani
JcLattès
279 pages

À vingt et un ans, Ellie Kolstakis est toujours vierge. Elle se donne quatre mois, jusqu’à la fin de ses études, pour remédier à la situation. Avec l’aide de ses deux  meilleures amies, Ellie ne lésine sur rien pour accomplir sa mission : apprivoiser son corps innocent et échapper à une mère grecque attachée à la tradition, jusqu’à enfin trouver le parfait candidat…



J'avais repéré ce roman avant sa sortie au Québec, et il me faisait très envie. Les autres romans que j'avais lus de cette collection, la collection &moi, avaient été de bonnes lectures, et je me disais que ça pouvait être bien de lire celui-ci. La couverture me plaisait bien, même si elle n'avait rien de vraiment originale, et le résumé me faisait envie. Je m'attendais à passer un agréable moment dans une lecture chick-lit/romance/new-adult. 

Alors là, je me suis totalement trompée. J'avais entendu quelques avis sur ce livre, la moitié étant négatifs, mais je ne m'étais pas laissée influencée par ces derniers. 

La trame principale de l'histoire est très loin d'être originale, mais elle n'est pas non plus excessivement banale. Ellie est toujours vierge à 21 ans, ce qu'elle considère comme étant une catastrophe, et elle se promet de tout faire pour résoudre ce problème avant la fin de ses études. Elle va de soirées en soirées, espérant trouver un mec potentiel qui pourrait la dévierger, aidée par ses amies. 

En somme, ce roman raconte surtout les péripéties peu palpitantes d'une jeune femme qui rêve de ne plus être vierge. Pour quelle raison? Parce qu'elle ne veut plus être différente. Bien sûr, le roman ne tourne pas qu'autour de sa quête de l'homme parfait pour la déflorer, mais aussi autour de ses relations parfois houleuses et parfois paisibles avec ses copines et avec sa mère. On a aussi droit à de brèves anecdotes, parfois peu crédibles ou à la limite du fiasco, du passé d'Ellie, qui permettent, soit disant, au lecteur de mieux s'attacher à elle et de mieux la comprendre. 

Alors non seulement je ne l'ai pas comprise, mais en plus, j'ai trouvé ses réactions et ses raisons très inconcevables. Quel mal y a-t-il à être vierge à 21 ans? En quoi est-ce ''insupportable''? Au lieu de partir à la quête d'un homme bien, qu'elle aime bien et avec qui elle se sent bien (houlà, ça fait beaucoup de bien, ça!), elle part à la recherche d'un homme banal dont elle ne veut qu'une nuit. Sérieusement? Pas pour moi. Certes, je suis peut-être fleur bleue et tout, mais j'ai trouvé ce comportement inconcevable et irrespectueux envers elle-même. Après, j'imagine que c'est différent pour chaque lecteur, et c'est tout à fait normal. 

Il faut savoir que je n'ai pas terminé ce roman. Rendue à peu près à la page 120, j'ai abandonné, non seulement car l'histoire tournait en rond, que la narration ne m'enchantait pas et que le récit en tant que tel ne me plaisit pas, mais aussi parce que j'ai beaucoup d'autres lectures en attente dans ma pile à lire, et que je n'ai pas envie de m'obliger à finir un livre, si c'est pour savoir déjà d'avance que je ne passerai pas un bon moment. 

Certes, Virgin est écrit d'une manière assez drôle et parle de beaucoup de choses autre que la virginité (les premières fois dans tout, les fellations, l'épilation féminine, etc.) qui peuvent renseigner les autres femmes, ou filles, mais pour moi, ce fut une lecture creuse dans laquelle je ne me suis attachée  aucun personnage et où le récit manquait excessivement de jugeote, parfois. 

Dans le même genre de récit, j'y ai reconnu un peu Le Journal de Carrie, que j'ai par contre énormément préféré, mais qui n'a pas non plus la même trame principale. 

Ce n'est pas un mauvais livre pour autant, et je reconnais qu'il a certains bons côtés, notamment l'écriture plaisante de l'auteure et ses mises en situation parfois cocasses, mais ce n'est certainement pas un roman pour moi. Il n'a pas correspondu à mes attentes, et j'en suis énormément déçue. 




jeudi 11 février 2016

Scintillement de Tracy Clark


Scintillement  (La clé de lumière T1)
Tracy Clark
AdA Éditions
449 pages

La mère de Cora Sandoval a disparu quand elle avait cinq ans, à l'époque où sa famille vivait en Irlande. Depuis, son père est devenu pire que surprotecteur et Cora commence à être irritée par les limites que celui-ci lui impose. Mais ce qui la trouble plus encore, ce sont les nuages de couleurs qu'elle voit maintenant autour des gens. De tout le monde en fait, sauf elle, qui brille plutôt d'un éclat argenté. Au moment où elle comprend le danger associé à ces étranges auras, Cora est inexplicablement attirée vers Finn, un bel étudiant irlandais participant à un programme d'échange et qui lui inspire un sentiment de sécurité. Leur attirance mutuelle est immédiate, magnétique et impulsive. Mais le père de Cora désapprouve et la mère de Finn lui ordonne de rentrer en Irlande quand elle apprend qu'il est tombé amoureux. Après une dispute avec son père, Cora s'enfuit en Irlande, pour suivre Finn et partir à la recherche de sa mère disparue. En Irlande, Cora fait la connaissance d'une autre personne à l'aura argentée et découvre la signification de ses pouvoirs et leur rôle dans un complot qui s'ourdit depuis des siècles, un complot qui pourrait changer l'humanité à jamais... et causer la perte de Cora.


Cora est une jeune fille bien ordinaire, jusqu'au jour où, après avoir contracté un virus puissant, elle se met à voir les auras des gens. Avec un père sévère et protecteur et une mère absente, elle ne sait pas vers quoi, ou qui, se tourner pour découvrir qu'est-ce qui lui arrive, et qui sont ces hommes étranges qui semblent vouloir la posséder. Elle rencontrera Finn, qui bouleversera ses convictions et sa vie, et ira le rejoindre dans son pays natal, l'Irlande, pour en apprendre plus sur ce qu'elle est vraiment, et quels dangers elle court. 

J'ai commencé ce roman avec envie, et le sujet m'intéressait énormément, car j'ai rarement lu des romans parlant des auras, et surtout de l'Irlande, de ses mythes et de ses origines. Je n'avais pas nécessairement beaucoup d'attentes, mais je crois que j'aurais pu m'attendre à quelque chose de différent.

Cette chronique sera écrite en demi-teinte, car c'est littéralement ce que j'ai ressenti en lisant ce livre: deux avis différents. La première partie du livre a été pour moi morne et laborieuse à lire, car je n'accrochais pas du tout aux personnages et je m'attendais à ce que le sujet soit plus élaboré, et moins mystérieux. J'ai été très déçue par la lenteur qu'a pris le récit pour se frayer un chemin dans l'histoire, et par les personnages peu développés et agaçants. Par contre, la deuxième partie a été beaucoup mieux, rythmée et soutenue de mystères et de péripéties.

J'ai trouvé Cora tellement égoïste que parfois, je n'en croyais pas mes yeux. Certaines décisions qu'elle a pris ou actions qu'elle a faites m'ont vraiment abasourdie. Je ne me suis pas attachée à elle, ni dans la première ni dans la deuxième partie, et je crois surtout que c'est dû à son égoïsme et à sa naïveté. Elle était très naïve, avec tout le monde, et elle en voulait aux autres pour ce trait de caractère. Enfin, c'est ainsi que je l'ai interprété. À la toute fois du récit, par contre, j'ai commencé à l'apprécier un minimum, et je l'ai trouvé courageuse, étant donné la situation dans laquelle elle se retrouvait. 

Pour ce qui est de Finn, ça a été mort. Je l'ai trouvé très plat. C'est comme si rien n'aurait pu me relier à son personnage. Je reconnais le fait qu'il était séduisant, pour Cora, mais ça n'a pas marché avec moi, et je n'ai pas su m'attacher à lui, ou réussit à lui témoigner ne serait-ce que compréhension ou une certaine affection. Je dirais même que j'ai préféré Giovanni, qu'on ne rencontre que tard dans l'histoire, pourtant, et qu'on connait à peine. 

Pour ce qui est de leur relation, je l'ai trouvé assez vide de sens, et trop rapide. Je n'aime pas beaucoup le coup de foudre au premier regard, dans les romans (même si c'est très romantique). Je trouve que c'est trop facile, et trop prévisible. J'aime quand il y a une certaine difficulté, une séduction qui conduit deux personnages à se voir ensemble. C'est aspect, trop inconcevable, m'a quelque peu désenchantée.

Pour ce qui est des mystères et de l'intrigue, j'ai trouvé qu'ils ne se formaient vraiment que dans la deuxième partie, après 300 pages. J'ai trouvé que les questions grandissaient en nombre, et que les réponses se faisaient attendre. Ça amenait du rythme à l'histoire, et ça me poussait à continuer à lire. L'intrigue était bien menée, et même si je m'attendais à un dénouement ressemblant, j'ai trouvé que la manière dont l'auteure l'a écrit était adroite et très satisfaisante. 

Par contre, je dois dire que l'histoire manquait clairement de rythme dans la première partie. J'ai trouvé ces 300 premières pages assez longues, et j'avais énormément hâte qu'un peu d'action s'amène. 

L'écriture de l'auteure est bien, je l'ai trouvé fluide, sans être simpliste. À certains endroits, j'ai retrouvé quelques touches d'humour ou de sarcasme, et ça m'a beaucoup plu! 

En bref, ce fut une bonne lecture, même si je crois qu'elle aurait pu être bien meilleure. Vue la fin qui promet une suite prenante, il est clair que j'ai envie de lire le tome suivant, et je le ferai sans doute quand j'en aurai le temps. C'est un roman qui traite de magie, de pouvoirs, de mythes et d'un peu de science, entremêlé à une quête aux réponses, à de l'amour et à de l'amitié, qui m'a été agréable à lire. 

mercredi 10 février 2016

Test/Tag - Héros/Héroïne (PKJ)

Je me lance ce soir dans ce tag, car j'adore les tags, et que je le trouvais très intéressant, et surtout, il a fait activer ma mémoire!
Merci à Pocket Jeunesse pour ce joli tag,
j'espère qu'il vous plaira!
L'avez-vous fait, vous aussi? :) 


Pouvez-vous citer un roman ...?
1) dont le héros/l'héroïne porte des lunettes.
Lena, dans Sing de Kylie Scott.
2) où il y a plusieurs héros.
La Cité des Ténèbres, bien sûr! (de Cassandra Clare)
3) où le héros/l'héroïne meurt.
SPOILER (surligner avec le curseur pour voir la réponse) Robin, dans Les Maudits, d'Edith Kabuya. 
4) avec votre héros/héroïne préféré(e).
Kathy, dans la série Lux, de Jennifer L. Armentrout. 
5) avec un héros/héroïne que vous détestez.
Je ne crois pas déjà avoir détester un personnage principal. Du moins, pas au point de m'en souvenir ahaha! 
6) dont le héros/l'héroïne est un enfant dans un livre qui n'est pas un livre jeunesse.
Oscar et la dame en rose, d'Eric-Emmanuel Schmitt.
7) avec un héros/une héroïne orphelin(e).
Will (ou Layken), dans Indécent et Incandescent, de Colleen Hoover.
8) dont le héros/l'héroïne est un animal.
Un loup-garou ça compte? 
Cala, dans Nightshade, d'Andrea Cremer.
9) dont le héros/l'héroïne est à la fac.
Avery, dans Jeu de Patience, de Jennifer L. Armentrout.
10) dont le héros/l'héroïne a des frère et/ou soeur.
Emaline, dans Décroche-moi la lune, de Sarah Dessen (elle a deux soeurs).
11) dont le héros/l'héroïne a un jumeau/une jumelle.
Damon, Dee et Dawson dans la série Lux, de Jennifer L. Armentrout.
12) dont le héros/l'héroïne joue d'un instrument de musique.
Mal, dans la saga Stage Dive, de Kylie Scott. 
13) une série dont le héros change à chaque tome.
Les Chroniques Lunaires, de Marissa Meyer.
14) avec un héros/une héroïne porté(e) au cinéma.
Clary, dans La Cité des Ténèbres, interprétée par Lily Collins (contrairement à beaucoup, j'avais adoré le film!)
15) dans lequel le héros/l'héroïne se bat.
Travis Maddox, dans Beautiful Disaster, de Jamie McGuire. 
16) dans lequel le héros/l'héroïne danse.
Tessa, dans Jeu d'innoncence, de Jennifer L. Armentrout (non, ce tag ne lui est pas dédié... > <)
En fait, elle ne danse plus, mais c'était une grande danseuse, et c'est le seul roman que j'ai trouvé donc... 
17) dans lequel le héros/l'héroïne pratique un sport.
Tessa, dans Jeu d'innoncence, de Jennifer L. Armentrout. La danse, c'est un sport, non?
Non, je blague, je blague.
Je dirais Kacey, dans Il suffit de dix respirations, de K. A. Tucker.
18) dans lequel le héros/l'héroïne ne tombe pas amoureux(-se).
J'ai dû chercher longtemps dans les romans que j'avais, mais je vais répondre finalement La Maison de Soie, d'Anthony Horowitz.
19) avec un héros/une héroïne qui habite à San Francisco.
Tate et Miles dans Ugly Love, de Colleen Hoover.
20) avec un héros/une héroïne amnésique.
Naomi Porter, dans Je ne sais plus pourquoi je t'aime, de Gabrielle Zevin.
21) dont le héros/l'héroïne se transforme.
Simon, dans La Cité des Ténèbres, de Cassandra Clare.
22) dont le héros/l'héroïne a un job d'été.
Taylor, dans L'été des secondes chances, de Morgan Matson.
23) dont le héros/l'héroïne s'expatrie dans un autre pays.
Cora, dans Scintillement, de Tracy Clark, qui se rend en Irlande pour enquêter sur ses origines.
24) dont le héros/l'héroïne est accro aux nouvelles technologies.
Pas trouvé du tout.
25) dont le héros/l'héroïne a un handicap.
Ridge, dans Un jour, peut-être?, de Colleen Hoover. 
26) dont le héros/l'héroïne est l'auteur.
Mange, prie, aime, d'Elizabeth Gilbert. 
27) dont le héros/l'héroïne vit au 19e siècle.
Edmond, dans Le comte de Monte-Christo, d'Alexandre Dumas.
28) dont le héros/l'héroïne est dans l'armée.
Jamie Fraser, dans Le Talisman, de Diana Gabaldon, qui est, en quelque sorte, dans une armée.
29) avec un héros/une héroïne qui porte le prénom de votre meilleur(e) ami(e).
Pas trouvé. Vous en connaissez, des héroïnes qui se prénomment Myriam? :) 
30) avec un héros/une héroïne qui se fait passer pour quelqu'un d'autre.
Claire Beauchamp Randall Fraser, dans Le Chardon et le Tartan, de Diana Gabaldon (en quelque sorte...). 

Voilà, c'est tout pour ce tag! J'ai adoré le faire, et je peux assurer que j'en ferai d'autres car je les adore!
Si jamais vous l'avez fait, mettez le lien en commentaire, j'adorerais voir vos réponses :)

mardi 9 février 2016

Top Ten Tuesday #23

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français par Iani, et maintenant géré par Frogzine.


Le thème de cette semaine est
Les 10 livres qui vous ont donné faim

Par leur titre ou leur couverture:

Pour leur contenu:

Te revoir un jour: parce qu'il est question d'un resto, et que certains passages m'ont donné faim! 
L'été des secondes chances: Taylor travaille dans un petit fast-food (ce qui veut dire FRITES, HAMBURGERS, CRÈME GLACÉE), et qu'Henry travaille dans une pâtisserie!
Pour toujours... jusqu'à demain: Car les personnages principaux travaillent pour un traiteur



dimanche 7 février 2016

Ugly Love de Colleen Hoover


Ugly Love
Colleen Hoover
Éditions Hugo & Cie
328 pages

Quand Tate Collins rencontre Miles Archer, elle sait que ce n'est pas le coup de foudre. Et pour cause, le beau pilote n'a de temps que pour les aventures sans lendemain. Ils ne peuvent pourtant pas nier leur attraction mutuelle, aussi immédiate que brûlante. Alors pourquoi ne pas se laisser séduire, quand le sexe est si bon ? Pas d'attaches, simplement la passion... Leur arrangement semble parfait, tant que Tate accepte de respecter les deux règles de Miles : Pas de question sur le passé, Ne pas espérer de futur. Cependant, ils vont vite comprendre que le coeur ne suit pas d'autres règles que les siennes. L'amour, même quand il n'est pas une évidence, sera-t-il plus fort que leurs promesses?



J'avais adoré Hopeless, qui avait été un coup de coeur, tout comme l'avait été Indécent. Par contre, depuis ces deux coups de coeur, j'ai lu Incandescent et Maybe Someday, que j'ai bien aimé, mais qui m'avait assez déçu. Forcément, après avoir eu des coups de coeur, je m'attendais à quelque chose du même niveau, et j'avais sûrement eu trop d'attentes. Je me suis donc plongée dans ce roman en essayant de ne pas trop avoir d'attentes (même si je crois qu'on ne contrôle pas nécessairement ça), et j'ai beaucoup aimé! 

Tout d'abord, ce que j'aime le plus dans les romans de Colleen Hoover, c'est l'originalité qu'il y a dans le récit. Le genre new-adult est un genre qui prend énormément d'espace dans la littérature de nos jours, et Colleen Hoover fait partie de l'une de ses auteures influentes. Malgré le lot incessant de romans new-adult qui sont publiés chaque année, elle réussit chaque fois à mettre de l'originalité dans ses histoires, en ajoutant de la nouveauté et de la singularité à chacune de ses romans. C'est une auteure qui n'écrit pas des histoire simples, mais qui écrit des histoires avec un fond et une forme sublimes, qui transportent et qui sont inoubliables. 

Tate est une jeune femme qui déménage chez son frère, en attendant d'avoir une meilleure situation pour se prendre un appart. C'est d'ailleurs grâce à ce déménagement qu'elle rencontre, d'une manière assez peu banale, le meilleur ami de son frère, Miles. Ce cher Miles, qui est aussi son voisin. Ce Miles qui cache des secrets, qui a un passé lourd, et qui refuse de voir quoi que ce soit de bon dans le futur. Ce Miles dont elle tombera amoureuse, et qu'elle voudra sauver de ses démons... au prix de son bonheur? 

Ce que j'ai adoré dans ce roman, c'est le fait que c'est le garçon qui a un passé douloureux. Habituellement (pour ne pas dire très très souvent, voire tout le temps), c'est la fille qui a une histoire déchirante. Ici, c'est le contraire. Miles Archer est un homme sensible, qui est très fermé et qui a vécu une situation horrible. On découvre d'ailleurs quelques pans de la vie de Miles, de son point de vue, car ce roman est un roman à deux voix. Les chapitres alternent entre la narration de Tate, et de Miles, et c'est ainsi, qu'au fil des chapitres de Miles, on apprend et on comprend peu à peu son passé déchirant.

Ce que j'ai aimé aussi, c'est que, comme souvent dans les romans de Colleen Hoover, le personnage masculin principal a déjà vécu, par le passé, une relation stable et durable avec une autre femme. Ce point peut faire partie des différences du roman qui se dénote dans son originalité, d'ailleurs. 

J'ai beaucoup aimé les personnages que l'auteure a construits, mais je n'ai pas pu réellement m'attacher à eux. Je les trouvais sensibles, drôles par moment, personnalisés et caractérisés, mais je n'ai pas accroché avec eux comme je l'aurais voulu. Le fait de ne pas m'être attachés aux personnages principaux m'a beaucoup déçu, car je ne m'y attendais pas. J'aurais adoré adhérer à leur histoire. 
Par contre, j'ai tout simplement adoré Cap'taine, qui peut être vu comme une figure de confiance et de respect.  J'aurais aimé en savoir plus sur lui, et avoir accès à plus de moments avec sa présence. 

J'ai trouvé, par contre, qu'il y avait parfois trop de scènes de sexe rapprochées, surtout au début, et j'ai bien faillit m'en lasser, mais ce n'est pas cet élément qui aurait pu gâcher ma lecture

J'ai été accro à ce livre, pendant les deux journées où je l'ai lu (ou dévoré!). Les pages se tournaient à une vitesse fulgurante, et j'étais complètement absorbée par l'histoire, si bien que je n'ai pas lâché ce roman avant de l'avoir terminé. Le style et l'histoire sont addictifs, et j'en ai été ravie. 

L'histoire est très bien écrite, remplie de métaphores, de phrases parfaitement construites et de figure de styles très belles à la lecture. Le récit est bien mené, même si, dès le début, il est extrêmement facile de savoir comment l'histoire se déroulera, et comment nos personnages finiront. 

J'ai d'ailleurs énormément apprécié la toute fin du roman, qui donne accès à un aspect différent et imprévu, qui m'a touché, et qui m'a fait encore plus aimé l'histoire entre Tate et Miles. 

En bref, j'ai beaucoup aimé ce roman, même si j'aurais pu m'attendre à mieux d'une de mes auteures favorites. C'est un roman qui mélange la douleur, la culpabilité, le pardon, et l'amour, qui m'a fait sourire, et m'a amené les larmes aux yeux. 

J'ai aussi énormééééément hâte à la sortie du film, et je suis sûre et certaine qu'il sera très bon! 

jeudi 4 février 2016

Sanctifiée de Cynthia Hand


Sanctifiée (Céleste T2)
Cynthia Hand
Éditions AdA
364 pages

Durant des mois Clara Gardner s’est exercée à affronter le feu de ses visions, mais n’était pas préparée au choix qu’elle a dû faire ce jour-là. De plus, après coup, elle a découvert qu’être en partie un ange n’avait rien de simple. À présent, déchirée entre son amour pour Tucker et ses sentiments confus à propos des rôles qu’elle et Christian semblent destinés à jouer dans un monde à la fois beau et dangereux, Clara se débat avec une révélation troublante: quelqu’un qu’elle aime va mourir dans l’intervalle de quelques mois. Avec un avenir aussi incertain, tout ce qui est sûr pour Clara, c’est que le feu n’était qu’un commencement. 


Ce roman traînait depuis belle lurette sur mes étagères, quand je me suis finalement décidée à le lire. J'ai un gros problème avec les sagas. Je suis le genre de personne qui, après avoir lu un premier tome, doit lire un roman qui ne fait pas partie de la même série, sinon j'ai tendance à me lasser. J'ai besoin de diversifier mes lectures, et sans grand étonnement, cela me nuit énormément dans les lectures des suites de sagas, puisque je mets souvent des plombes à prendre un deuxième ou un troisième tome, souvent de peur d'avoir tout oublié du premier tome, et aussi parce que j'ai depuis longtemps la mauvaise impression que les suites ne sont jamais aussi bonnes que le premier tome. 

Bref, tout ça pour dire qu'après quelques années, j'ai repris cette série, la série Céleste. Et mon Dieu, mais qu'est-ce que j'ai bien fait! 

Je me souvenais avoir énormément aimé le premier tome, sans me souvenir en détails de ce qu'il s'y passait. Je me suis donc lancée dans ce roman aussi intriguée qu'appréhensive. 

Clara est une jeune femme de 17 ans, qui est née pour accomplir une mission spéciale sur Terre; elle a du sang d'ange qui coule dans ses veines, ce qui lui confère certains pouvoirs, et donc certaines responsabilités. Elle essaie tout de même de mener une vie à peu près normale, avec un petit ami humain et des amis humains, mais elle ne peut pas reporter à tout jamais ses devoirs d'ange. Dans cette suite, elle aura à faire face à plusieurs problèmes et plusieurs événements, qui, personnellement, ne m'ont pas laissé de marbre. 

Comme je viens de le mentionner, les événements qui se produisent dans le roman m'ont énormément touchés, et je me suis retrouvée, à quelques reprises, à avoir les larmes aux yeux. J'ai trouvé Clara très courageuse, et je me suis trouvée en elle. Les situations auxquelles elle fait face m'ont forcément touché, mais j'imagine que ça dépend du vécu du lecteur. 

Clara est une adolescente pleine d'ambition, avec une personnalité bien développée et un caractère propre à elle-même. Je l'ai beaucoup aimé, et j'ai compris ses questionnements, ses réflexions et ses doutes. Je me suis vue en elle, et je sais que j'aurais probablement agi comme elle à plusieurs reprises. Elle est calme et déterminée, mais pourtant, elle a peur de l'avenir, et elle a peur de ne pas réussir ce pourquoi elle est née. Je crois qu'elle peut facilement représenter les pensées de n'importe quel adolescent en quête de lui-même, avec ses doutes face à son avenir et sa peur de ne pas être à la hauteur. 

L'histoire est très bien construite, même si durant la première moitié du roman, j'ai eu du mal à m'attacher vraiment au récit. Je ne sais pas si c'est parce que j'ai pris trop de temps à le lire (au moins une semaine), ou si parce que c'était effectivement très lent, mais le début m'a fait redouter la deuxième partie du livre. Et pourtant, cette dernière a été très au-dessus de mes attentes. Les révélations se succèdent, et je n'ai rien vu venir. J'étais complètement éberluée en lisant, ne m'attendant pas du tout à la succession d'événements. 

Il y a peu d'action de roman, mais je n'ai pas trouvé que ça enlevait quoi que ce soit au livre. Le rythme était tout de même soutenu, et la deuxième partie m'a tenue en haleine, jusqu'à la dernière page. 

Ce que j'ai le plus aimé de ce roman, c'est les sujets qu'il aborde. Oui, c'est un roman de lecture Young-Adult, avec des personnages quelque fois clichés et une histoire qui ne déborde pas d'originalité, mais certains sujets abordés m'ont plu, notamment la quête que Clara semble effectuer à propos d'elle-même et de son destin, du deuil, de la famille, des relations, de la peine.

Durant les premiers chapitres, l'écriture de l'auteure me semblait quelque peu décousue, et j'ai eu quelques difficultés à m'y habituer, mais ce sentiment est vite passé, et je me suis attaché à sa plume autant qu'à ses personnages et son histoire

En bref, ce fut un roman très beau, que j'ai beaucoup aimé. Il aurait facilement pu être un coup de coeur, si le début ne m'avait pas autant ralenti. La fin promet énormément pour le prochain tome (un changement de décor, de nouvelles rencontres), et j'ai déjà hâte de retrouver Clara et son monde d'anges. 



mardi 2 février 2016

Janvier 2016 • Bilan

En ce beau début de février, je publie mon premier bilan livresque à vie. J'ai décidé de maintenant présenter mes lectures du mois, et non plus mes achats du mois, pour quelques raisons, mais surtout parce que pour les achats, j'en avais beaucoup trop (désolée, portefeuille), et parce que je ne trouvais pas ça super de présenter des livres que je n'avais pas encore lu. Bref, voilà deux raisons du pourquoi.

•••••




Premièrement, j'ai commencé le mois de janvier avec le premier tome de la saga Filles de Lune, écrit par Elisabeth Tremblay. C'était en fait une relecture pour pouvoir me souvenir des bases et continuer la série. Ce fut une bonne lecture, mais j'en attends beaucoup plus des seconds tomes. Ma chronique est juste ici!


Par la suite, j'ai enchaîné avec le premier tome de la saga After, de Anna Todd, que j'ai tout simplement adoré! Je remercie encore et encore Victoria, du Petit-Écureuil-Livresque, car peut-être sans le savoir, elle m'a convaincu de commencer cette saga.





Ensuite, j'ai lu la moitié du tome 2 d'After, que j'ai laissé de côté pour me plonger dans un autre roman. Je ne voulais pas me lasser de l'histoire de Tessa et d'Hardin, et ni trop vite les lire.
 Je me suis plongé dans Les Perfectionnistes de Sara Shepard, que j'ai beaucoup aimé!


Et pour finir, j'ai débuté, mais pas encore terminé, le deuxième tome de la saga Céleste, Sanctifiée, de Cynthia Hand. Il fera sans aucun doute partie de mon bilan de février.



Toutes les photos, sauf la dernière, viennent de mon • Instagram • 

Voilà donc mes lectures du mois. Je n'ai pas lu autant que je le voulais, ni tout ce que je voulais, mais j'ai eu de bonnes lectures, et c'est ce qui compte!



Passez un bon mois de février, mes petits pandas!